Derniers Commentaires

Syndication

  • Flux RSS des articles

Présentation

  • : Les énérgies solaires le Blog de Lilian
  • : Par définition, les énergies dites renouvelables sont potentiellement inépuisables. La nature peut les reconstituer assez rapidement, contrairement au gaz, au charbon et au pétrole, dont les réserves, constituées après des millions d'années.

Rechercher

Recommander

overblog

Images Aléatoires

  • bateau solaire
  • pause etancheite bordure toit
  • jointure pvtec
  • avion-solaire
  • 33547640 p
  • 53011

Etapes de fabrication d'une cellule

Mercredi 22 avril 3 22 /04 /Avr 19:15

Dans un semi-conducteur exposé à la lumière, un photon d'énergie suffisante arrache un électron, créant au passage un "trou".

Normalement, l'électron trouve rapidement un trou pour se replacer, et l'énergie apportée par le photon est ainsi dissipée.

Le principe d'une cellule photovoltaïque est de forcer les électrons et les trous à se diriger chacun vers une face opposée du matériau au lieu de se recombiner simplement en son sein : ainsi, il apparaitra une différence de potentiel et donc une tension entre les deux faces, comme une pile.

 





Structure d'une cellule photovoltaïque
  • La couche supérieure de la cellule est composée de silicium. Dans cette couche, il existe une quantité d'électrons libres supérieure à une couche de silicium pur, d'où l'appellation de dopage N, comme négatif (charge de l'électron). Le matériau reste électriquement neutre : c'est le réseau cristallin qui supporte globalement une charge positive.
  • La couche inférieure de la cellule est composée de silicium. Cette couche possèdera donc en moyenne une quantité d'électrons libres inférieure à une couche de silicium pur, les électrons sont liés au réseau cristallin qui, en conséquence, est chargé positivement. La conduction électrique est assurée par des trous, positifs (P).


Technique de fabrication:

Le silicium est actuellement le matériau le plus utilisé pour fabriquer les cellules photovoltaïques. On l'obtient par réduction à partir de silice, composé le plus abondant dans la croute terrestre et notamment dans le sable ou le quartz. La première étape est la production de silicium dit métallurgique, pur à 98% seulement, obtenu à partir de morceaux de quartz provenant de galets ou d'un gisement filonien (la technique de production industrielle ne permet pas de partir du sable). Le silicium de qualité photovoltaïque doit être purifié jusqu'à plus de 99,999%, ce qui s'obtient en transformant le silicium en un composé chimique qui sera distillé puis retransformé en silicium.

Le silicium est produit sous forme de barres nommées « lingots » de section ronde ou carrée. Ces lingots sont ensuite sciés en fines plaques mises au carré (si nécessaire) de 200 micromètres d'épaisseur qui sont appelées « wafers ». Après un traitement pour injecter enrichir en éléments dopant et ainsi obtenir du silicium semi-conducteur de type P ou N, les wafers sont « métallisés » : des rubans de métal sont incrustés en surface et reliés à des contacts électriques. Une fois métallisés les wafers sont devenus des cellules photovoltaïques.


La production des cellules photovoltaïques nécessite de l'énergie, et on estime qu'un module photovoltaïque doit fonctionner environ 2 à 3 ans suivant sa technologie pour produire l'énergie qui a été nécessaire à sa fabrication (retour énergétique du module).


Les matériaux et procédés de fabrication font l'objet de programmes de recherches ambitieux pour réduire les coûts de possession et de recyclage des cellules photovoltaïques. Les technologies couches minces sur substrats banalisés semblent recueillir les suffrages de l'industrie naissante. En 2006 et 2007, la croissance de la production mondiale de panneaux solaires a été freinée par manque de silicium, et les prix des cellules n'ont pas baissé autant qu'espéré . L'industrie cherche à faire baisser la quantité de silicium utilisé. Les cellules monocristallines sont passées de 300 microns d'épaisseur à 200 et on pense maintenant atteindre rapidement les 180 puis 150 microns, diminuant la quantité de silicium et d'énergie nécessaire, mais aussi les prix.

 

Cellule en silicium amorphe (pas trés performantes) 

Le silicium lors de sa transformation, produit un gaz, qui est projeté sur une feuille de verre. La cellule est gris très foncé. C'est la cellule des calculatrices et des montres dites "solaires".

  • avantages :
    • fonctionne avec un faible éclairement (même par temps couvert ou à l'intérieur d'un bâtiment),
    • moins chère que les autres technologies,
    • moins sensible aux températures élevées que les cellules mono ou polycristallines.
  • inconvénients :
    • rendement faible en plein soleil, de 60 Wc/m²
    • performances qui diminuent sensiblement avec le temps.

 

Cellule en silicium monocristallin (les plus performantes 18%)

Lors du refroidissement, le silicium fondu se solidifie en ne formant qu'un seul cristal de grande dimension. On découpe ensuite le cristal en fines tranches qui donneront les cellules. Ces cellules sont en général d'un bleu uniforme.

  • avantage :
    • très bon rendement, de 150 Wc/m² ou plus (2007).
  • inconvénients :
    • coût élevé

 

Cellule en silicium multi ou polo-cristallin (environ 15% de rendement)

 

Pendant le refroidissement du silicium dans une lingotière, il se forme plusieurs cristaux. La cellule photovoltaïque est d'aspect bleuté, mais pas uniforme, on distingue des motifs créés par les différents cristaux.

  • avantages :
    • cellule carrée (à coins arrondis dans le cas du Si monocristallin) permettant un meilleur foisonnement dans un module
    • bon rendement de conversion, environ 100 Wc/m², mais cependant un peu moins bon que pour le monocristallin,
    • lingot moins cher à produire que le monocristallin.
  • inconvénient :
    • rendement faible sous un faible éclairement.

Ce sont les cellules les plus utilisées pour la production électrique (meilleur rapport qualité-prix).

Polycristallin ou multicristallin ? On parlera ici de silicium multicristallin (réf. IEC TS 61836, vocabulaire international photovoltaïque). Le terme polycristallin est utilisé pour les couches déposées sur un substrat (petits grains).

 

Cellule Tandem (environ 11%de rendement)


Empilement monolithique de deux cellules simples. En combinant deux cellules (couche mince de silicium amorphe sur silicium cristallin) absorbant dans des domaines spectraux se chevauchant, on améliore le rendement théorique par rapport à des cellules simples distinctes, qu'elles soient amorphes, cristallines ou microcristallines.

  • avantage :
    • sensibilité élevée sur une large plage de longueur d'onde. Excellent rendement.
  • inconvénient :
    • coût élevé dû à la superposition de deux cellules.


Cellule multi-jonction (rendement de plus de 40% mais tarif ...)


Des cellules ayant une grande efficacité ont été développées pour des applications spatiales. Les cellules multi-jonctions sont constituées de plusieurs couches minces qui utilisent l'épitaxie par jet moléculaire.

Une cellule triple jonction, par exemple, est constituée des semi-conducteurs GaAs, Ge et GaInP2. Chaque type de semi-conducteur est caractérisé par une longueur d'onde maximale au delà de laquelle il est incapable de convertir le photon en énergie électrique (cf. bande interdite). D'un autre côté, en deçà de cette longueur d'onde, le surplus d'énergie véhiculé par le photon est perdu. D'où l'interêt de choisir des matériaux avec des longueurs aussi proches les unes des autres que possible (en multipliant leur nombre d'autant) de manière à ce qu'une majorité du spectre solaire soit absorbé, ce qui génère un maximum d'électricité à partir du flux solaire. L'usage de matériaux composés de boîtes quantiques permettra d'atteindre 65% dans le futur (avec un maximum théorique de 87%). Les dispositifs à multijonctions GaAs sont les cellules les plus efficaces. Spectrolab a obtenu 40.7% d'efficacité (déc. 2006), un consortium (dirigé par des chercheurs de l'université du Delaware) a obtenu un rendement de 42.8% (sep. 2007). Le coût de ces cellules est de l'ordre de USD 40 $/cm².



 

Semi conducteur fbi (en développement)

La technique consiste à déposer un matériau semi conducteur à base de cuivre, de gallium, d'indium et sélénium sur un support.

Une inquiétude cependant : les ressources en matières premières. Ces nouvelles techniques utilisent des métaux rares comme l'indium dont la production mondiale est de 25 tonnes par an et le prix d'avril 2007 de 1000 dollars le kg ; le tellure dont la production mondiale est de 250 tonnes par an ; le gallium d'une production de 55 tonnes par an ; le germanium d'une production de 90 tonnes l'an. Bien que les quantités de ces matières premières nécessaires à la fabrication des cellules solaires soient infinitésimales, un développement massif mondial des panneaux solaires photovoltaiques en couches minces sans silicium ne manquerait pas de se heurter à cette disponibilité physique limitée.

 

Utilisation:

Les cellules photovoltaïques sont parfois utilisées seules (éclairage de jardin, calculatrice, ...) ou bien regroupées sur des panneaux solaires photovoltaïques.

Elles sont très utilisées en remplacement des piles (dont l'énergie est de loin la plus chère pour l'utilisateur ; même pour le fabricant, un compartiment pile et la pile éventuellement fournie peuvent couter plus cher qu'une cellule), pourvu que le dispositif ne réclame pas trop d'énergie par rapport à la surface qu'on peut accorder au générateur photovoltaïque, et qu'il y ait assez de lumière pendant l'usage : les cellules ont envahi calculette, montres, gadgets, etc.

Il est possible d'augmenter leur gamme d'utilisation avec un stockage (condensateur ou batterie). Lorsqu'elles sont utilisées avec un dispositif de stockage de l'énergie, il est indispensable de placer une diode en série pour éviter la décharge du système pendant la nuit.

Elles sont utilisées pour produire de l'électricité pour de nombreuses applications (satellites, parc-mètres, ...), ainsi que pour alimenter des habitations ou un réseau public de distribution dans le cas d'une centrale solaire photovoltaïque.

 

Recherche et développement:

La technique n'a pas atteint la maturité et de nombreuses pistes de recherches sont explorées ; il s'agit d'abord de faire baisser le prix de revient de l'électricité produite, mais aussi d'obtenir des progrès en matière de rusticité, de souplesse d'usage, de facilité d'intégration dans des objets, de durée de vie, etc.). Toutes les étapes des procédés de fabrication peuvent être améliorées, par exemple :

  • la société « Evergreen Solar » a éliminé l'étape du sciage, remplacée par le dépôt de silicium encore liquide sur un film où il se cristallise directement à l'épaisseur du "wafer"
  • la société « NanoSolar » industrialise la production de cellules CGIS par une technique d'imprimerie, en continu , en espérant des coûts de 1 $/W en 2010.
  • toutes les sociétés annoncent successivement des accroissements du rendement de leurs cellules
  • la taille des wafers croit régulièrement, ce qui diminue le nombre de manipulations
  • On cherche à mieux valoriser toutes les longueurs d'onde du spectre solaire (dont l'infra-rouge, ce qui ouvrirait des perspectives très intéressantes : transformation directe de la lumière d'une flamme en électricité, rafraichissement).
  • Des « concentrateurs » (déjà utilisés sur les satellites) sont testés sur terre. Via des miroirs et des lentilles incorporées dans le panneau, ils focalisent le rayonnement sur l'élément essentiel et coûteux qui est la cellule photovoltaïque et ses semi-conducteurs. Fin 2007, Sharp a annoncé disposer d'un système concentrant jusqu'à 1100 fois le rayonnement solaire (contre 700 fois pour le précédent record en 2005); début 2008, Sunrgi a atteint 1600 fois. La concentration permet de diminuer la proportion du panneau consacré à la production de l'électricité, et donc leur coût. De plus ces nouveaux matériaux (les III-V notamment) supportent très bien l'échauffement important du à la concentration du flux solaire.
  • On étudie aussi la possibilité d'associer les siliciums amorphe et cristallin par « hétérojonction », dans une même cellule photovoltaïque à plus de 20 % de rendement. Projet de 2 ans annoncé début 2008, associant le Laboratoire d'innovation pour les technologies des énergies nouvelles et des nanomatériaux du CEA-Liten et la société coréenne JUSUNG (fournisseur d'équipements pour les fabricants de semi-conducteurs), avec l'INES (Savoie) où le CEA-Liten a concentré ses activités concernant l'énergie solaire.
  • D'autres semi-conducteurs (sélénium; association Cuivre-Indium-Sélénium (CIS) en couche mince) sont étudiés par exemple en France par l'institut de recherche et développement sur l'énergie photovoltaïque (IRDEP [8]). Le CIS semble pouvoir offrir un rendement modeste de 12%, mais à faible coût de fabrication.
  • Des composés organiques (matières plastiques) peuvent également être utilisés pour réaliser des cellules polymères photovoltaïques et pourraient permettre de réaliser des panneaux souples et légers, des tuiles, voiles ou tissus photovoltaïques, espère-t-on à faible coût de fabrication. Pour l'instant leurs rendements sont faibles (5% maximum), ainsi peut-être que leur durée de vie, et de nombreux problèmes techniques restent à résoudre. Début 2008, le groupe japonais Fujikura a annoncé avoir testé (1000 heures à 85 °C et une hygrométrie de 85%) une cellule photovoltaique organique de type Grätzel non seulement plus résistante, mais au rendement amélioré de 50 à 70 % grâce à une surface dépolie qui diffuse aléatoirement la lumière réfléchie à l'intérieur de la cellule où elle libère à nouveau des charges électriques en activant d'autres pigments photosensibles.
  • Une équipe Américaine du Boston collège à Chestnut Hill ( Massachusetts ) a mis au point des panneaux solaires capables de récupérer les infrarouges et de les transformer en électricité. Ce qui permettrait une production d’énergie électrique à partir de n’importe quelle source de chaleur, même la nuit :. Pour l'instant, seule une partie de la lumière visible, principalement les rayonnements verts et les bleus, est transformée en électricité et le rayonnement infrarouge n'est utilisé que par les panneaux thermiques pour chauffer de l’eau. La transformation des infrarouges en électricité constituera une véritable percée.

La pénurie de silicium accroît encore l'incitation à l'innovation sur un marché en forte croissance qui s'annonce colossal, surtout si on parvient à baisser le prix de revient de l'électricité produite et à le rapprocher de celui des combustibles fossiles.

 

Par lilian - Publié dans : Etapes de fabrication d'une cellule - Communauté : Les énergies renouvelables
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 5 octobre 2 05 /10 /Oct 15:10

Créée en Juillet 2007 pour mettre en œuvre l'engagement de l' industrie photovoltaïque de mettre en place une base volontaire de reprise et de recyclage en fin de vie des modules tout P.V au long de leur chaîne de valeur . Les modules PV sont conçus pour générer une énergie propre et renouvelable pour plus de 25 ans .

 recyclage-photovoltaique.jpgNéanmoins , l'industrie photovoltaïque travaille à créer des solutions d'énergie véritablement durable qui prennent en considération les impacts environnementaux de toutes les étapes du cycle de vie du produit , à partir de l'approvisionnement en matières premières grâce à la collecte à la fin de vie et le recyclage . Bien que l'industrie photovoltaïque soit jeune , les principaux fabricants adoptent le concept de responsabilité des producteurs et se sont réunis pour mettre en place sur une base volontaire , la reprise et le programme de recyclage .

 Grâce à PV Cycle , l'industrie photovoltaïque veut installer une gestion globale des déchets et de recyclage représentant environ 85% du marché européen PV

 

  

La réalisation de la phase I du programme

Nous avons commandé à KPMG d'établir un aperçu indépendant de la quantité et la composition des modules photovoltaïques installés en Europe en 2007 . Les résultats seront regroupés à l'automne 2008 serviront de base pour nos objectifs de recyclage futur.

Nous allons procéder à des vérifications similaires sur une base annuelle afin de fournir des données fiables et mises à jour pour la conception et le suivi de notre programme . Nous avons identifié les dimensions fondamentales que notre programme doit couvrir . Le groupe de travail PV Cycle est en train de façonner sa mise en œuvre .

Sur cette base et d'autres recherches de fond ainsi que les connaissances et l'expérience de nos membres , nous sommes en train de définir les objectifs spécifiques d'un accord volontaire , y compris le recyclage targets.We sont engagés à appliquer des objectifs stricts et difficiles à assurer un environnement durable en fin de - vie du programme.

Notre objectif , d'ici le printemps 2009, est d'avoir achevé la conception du modèle PV Cycle recyclage en détail et ont documenté ce modèle grâce à un accord volontaire avec l'engagement de l'industrie PV producers.Having fait , nous serons prêts à présenter Phase II à la mi -2009 .

 

Une vidéo trés complette à cette adresse:

http://www.pvcycle.org/index.php?id=3

 

Par lilian - Publié dans : Etapes de fabrication d'une cellule - Communauté : Les énergies renouvelables
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés